La solidarité

"La solidarité ne se mesure ni en temps, ni en distance, elle n'a pas de frontières, et toute son énergie elle la puise à un seul endroit : le coeur"



Discours prononcé par Guy DUMONT "Monsieur Nez Rouge" lors de la soirée de remise du chèque :

Madame la Secrétaire Générale de la Fédération des Maladies Orphelines, Madame la Responsable des actions Nez Rouges, Monsieur le Maire, cher Ami Mesdames et Messieurs les Elus, Mesdemoiselles, Messieurs du Conseil Municipal des Jeunes, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames, Messieurs, chers amis,

Je vous remercie d’être présents et d’avoir répondu, malgré l’heure tardive, à cette invitation pour cette cérémonie un peu spéciale, puisque c’est en quelque sorte une cérémonie de clôture qui marque la fin d’un très beau voyage que j’ai eu le grand honneur de faire durant toute cet année. Je regrette que Michèle BERNIER, notre marraine des Nez Rouges n’aie pu se libérer jouant actuellement Dolores Claiborne aux Bouffes Parisiens, mais ce que je sais ; c’est qu’elle aurait bien voulu être avec nous pour partager ce moment de convivialité [et nous en aurons la preuve dans quelques instants]. Si je vous ai convié ce soir c’est pour que vous puissiez assister à la remise de dons suite à l’opération Groslay Nez Rouges pour laquelle l’association Groslay Solidarité, que je représente, s’était engagée à mener tout au long de cette année 2006, au profit des enfants atteints de maladies orphelines, et ceci, au travers de multiples actions. Je reprendrais cette citation de Michèle BERNIER qui illustre bien le ressenti que j’ai eu durant toute cette campagne et pourquoi je l’ai mené, comme le dit notre Marraine : « Quitte à être triste, autant avoir l'air gai. » et oui comment ne pas être triste et demeurer insensible devant ces maladies encore orphelines de traitement ? Et justement c’est ce que j’ai désiré exprimer en portant un nez rouge, ce nez rouge qui symbolise le clown, la joie, le rire… le pied de nez à la maladie ; et faire partager cette gaieté, ces instants de bonheur pour redonner une lueur d’espoir, un sourire aux enfants qui en sont atteints… c’est cet objectif que je m’étais fixé au travers de cette longue aventure qui a débuté un soir de janvier 2006, où j’ai pris l’engagement de défendre une si noble cause en arborant un nez rouge, il faut l’oser et je suis fier que Groslay, une ville entière l’aie fait avec moi et m’aie suivi dans cette aventure afin qu’aujourd’hui à la veille des fêtes de Noël, fête de tous les enfants du monde, je puisse leur offrir ce beau cadeau qui vient de la solidarité de tous, de notre amour et de notre cœur… et mon souhait le plus cher serait, que tous ces dons puissent aider la recherche à trouver les remèdes pour guérir ces maladies rares, qui sont, je le rappelle, à ce jour estimées au nombre de 8000. Ce soir, à la façon d’un générique de fin d’un grand film de Claude LELOUCH, je voudrais remercier toutes ces personnes qui ont pris part à ces actions, ces acteurs qui ont eu un rôle dans ce long métrage, qui ont participé à leur manière, en m’apportant leur aide, leur soutien, leur confiance, leur amitié, pour que je puisse réaliser cette entreprise ô combien périlleuse mais qui a été si enrichissante pour le cœur. Chronologiquement, je commencerai par mes amis Joël, notre Maire et Guy, maire adjoint et tous les élus qui m’ont encouragé dès le départ pour accomplir cette noble entreprise ; Mon amie, Alexandra, la seule personne avec laquelle j’ai communiqué depuis le début jusqu’à aujourd’hui, qui a toujours été ma fidèle porte-parole entre Groslay et la Fédération des maladies orphelines et les Nez Rouges, qui ressentait parfois, pour ne pas dire à chaque fois, mon stress et mes angoisses à la veille d’une action ; A Fred et Nicolas de Saint-Brice pour ce joli calicot, qu’ils m’ont offert, et qui m’a suivi tout au long de cette opération tel une bannière, symbole de ralliement pour cette lutte contre la maladie ; Mon ami Dominique, imprimeur à Deuil-la-Barre, qui m’a permis de m’afficher partout dans Groslay avec mon nez rouge, faisant campagne non pas pour la place de Maire, comme certains esprits mal placés ont pu le penser, mais surtout pour mettre en commun tous les moyens de communication, ces affiches associées aux photos et à tous les articles parus dans la presse, pour servir au mieux une cause humanitaire, et j’en profite pour remercier la presse qui m’a apporter son soutien, puisqu’elle a véhiculé et rayonné le message que nous voulions faire passer sur toutes ces maladies : VOtv, IDFM98 Radio-Enghien, Le Parisien, L’Echo-Le Régional, La Gazette du Val d’Oise, et bien sûr Carole et Alice du service Communication de la Ville ; Je ne voudrais pas oublier dans cette longue énumération les partenaires qui m’ont dit OUI et soutenu dès le départ, les personnes que je viens de citer, mais aussi Christian de Véolia Eau, Valérie d’EDF-GDF, sa collègue Danielle qui est venue spécialement à Groslay, tout un samedi, pour participer de tout son cœur à cette opération Groslay Nez Rouges, et ceci, en restant habillée en clown toute la journée ; Je ne voudrais pas oublier mon autre clown adoré, le clown de mon cœur, celui qui va même jusque dans les hôpitaux amuser et réconforter ces enfants malades ; c’est de toi que je parle COLNY, ma très chère Nicole, toi qui m’a donné beaucoup de ton temps si précieux, temps pris sur ton travail et que tu m’as offert gracieusement en amour, pour quelques centimes d’euro, en peignant avec les couleurs pastels issues de ton cœur des visages d’enfants, afin de récolter encore plus pour les nez rouges ; Poursuivons notre beau voyage au travers du temps avec Dominique et Nadia du Transilien-SNCF, qui n’ont pas pris le train en marche mais ont été dans les premières à s’accrocher à la locomotive, en nous offrant ces belles tirelires « Groslay Nez Rouges », dispatchées chez nos commerçants partenaires pour nous rapporter un petit plus, qui c’est, non-pas compté, mais pesé, en kilos d’euros… c’en était si lourd que j’ai pensé, l’espace d’une seconde, que ça devait être ça « la vie du rail ! » ; Merci à toi Pascale pour le stand sur le Salon du Livre et aussi à tous ceux qui nous ont offert des livres pour récolter encore plus de dons ; Et grâce à toi j’ai pu rencontrer d’autres gens merveilleux. Une grosse bise à Magali qui m’a démontrer qu’au travers de son livre « Loupé » et à Pierre, ce cher Pierre qui fut le premier malade que je rencontrais, j’ai alors réellement pris conscience de ce qu’était les maladies rares, Pierre étant lui-même atteint de 2 de celles-ci, j’ai appris à conjuguer ce « loupé » de Magali, les maladies de Pierre, et alors je me suis dit que malgré nos différences, qu’entre « celui qui naît comme ça » et l’autre « qui nait comme ci », nous pouvions au travers de cette solidarité, nous réconforter et nous entraider en apportant et en partageant cette petite flamme qui se nomme « espoir » ; Tous mes plus vifs remerciements à Christian mon karatéka préféré, auquel je ne me frotterais pas, du moins pas ce soir de peur de lui faire mal… à ses élèves, à Béatrice son épouse, à Houssine et Gilles de l’établissement de soutien et d’accompagnement par le travail de la Montagne du Parisis, et aussi à Laura et à Saadallah, à toutes leurs charmantes danseuses, pour être venu un samedi matin de Bruyères-sur- Oise, de Nanterre et de Montigny-Lès-Cormeilles, pour nous offrir des démonstrations d’arts martiaux et de danses… à toutes ces personnes qui ont mis leurs énergies en commun pour donner un beau spectacle à nos petits écoliers venus avec leurs institutrices… et qui m’ont fait porter en plus du nez rouge, des gants de boxe de la même couleur, pour encore mieux combattre les maladies orphelines, sur la musique du fameux film de « Rocky »… ça aussi c’était très beau et ils m’ont aidé à oser le faire et je l’ai fait ! Merci encore à vous !!! Maintenant je voudrais au travers de toute cette énumération chronologique remercier un grand footballeur, non ce n’est pas Zizou, mais Florent, cet entraineur qui a tout monté, qui a tout organisé, qui a tout ordonnancé, qui a été l’arbitre d’un mini-championnat du monde Groslaysien de football, qui a été encore plus stressé que moi et qui de ce fait, m’a aussi beaucoup stressé, pour mener à bien son projet étudiant au profit d’une œuvre caritative, projet pour lequel il a eu 14 sur 20, ce n’est pas mal… ces annotateurs auraient pu faire un plus grand effort, j’en ai pour preuve qu’ils n’étaient pas au rendez-vous, sur le terrain ce jour là… et j’irais droit au but car je crois et j’en suis certain que Florent méritait, pour tout le temps qu’il a donné aux nez rouges, un 20 sur 20… note auquel il faut associer ses fervents supporters… mais surtout ses parents, ses amis qui ont fait un énorme travail ce samedi là, entre les montages de stands, les grillades et le service d’ordre… Ensuite, vint la dernière action de l’opération, une histoire de cœur à chœur entre Djeny, Terry, le Père Georges, les choristes du TF Gospel Singers et moi-même… des chants qui nous unissaient tous, une église qui vibrait d’un même cœur, où tout le monde chantait, tapait dans ses mains au rythme de ces belles voix, toute cette joie, toute cette énergie, toute cette chaleur, cet amour, nous la transmettions à tous ces enfants que nous portions ce soir là dans notre cœur ; Un grand Merci au Père Georges pour toute sa gentillesse et sa participation à part entière, à mon amie Djeny, malheureusement qui n’a pas pu se libérer ce soir, qui a assuré la synchronisation avec tout le groupe, Merci Terry, mon ami, mon frère pour cette merveilleuse soirée que tu m’as, toi aussi offert en tant que chef de chœur avec tout ton coeur… malheureusement tu n’as pas pu être non plus parmi nous, et aussi, un autre grand Merci à Jean-Claude et à Claude nos prodigieux ingénieurs du son ; À ceux qui m’ont aidé dans le seul élan d’amitié, sans que je ne leur demande rien, qui sont venus de leur plein gré se joindre à cette grande chaîne de solidarité : Françoise, Jean-Luc et les deux Annie présents à chaque action, tout comme le Conseil Municipal des Jeunes encadré par Nathalie toujours prêt, François, le Directeur Général des Services, ma chère amie Nathalie, représentante de l’association Sri-lankaise « Reconstruire et vivre » et secrétaire de Monsieur le Maire, Jean-Jacques, mon copain de toujours et son équipe qui m’ont tellement donné sans compter durant toute la durée de l’opération, Xavier notre Mac Gayver et mon sauveur pour des installations de stand de dernière minute, Didier de l’ACG pour nous avoir aidé durant les fêtes de la Pivoine, Michel de la MLC dont son aide, à lui aussi, m’a été indispensable et de bon conseil, Jean mon vieux copain de vélo, Claude de Deuil et son pitbull, Michel mon beau-frère, Pierre de l’OCLSC, les commerçants Pascal, Sandrine, Lorenzo et Claudio, représentants de l’AGIAC, le Lion’s Club représenté par Claude, tous les Présidents des associations Groslaysiennes qui se reconnaîtront… et ceux que j’ai pu oublier, qu’ils me pardonnent… et bien sûr François, notre traiteur de ce soir ! Mais pour en terminer avec ce générique, je ne voudrais pas oublier de citer mes souffre-douleurs, Martine, Sylvie et Vartan et non-pas Sylvie Vartan, Carole et Alice déjà précédemment nommées, sans omettre d’y associer Jacqueline ma chérie ; Cette fois je crois que je n’ai oublié personne et si c’est le cas qu’elle me pardonne, j’en suis certain nous avons accompli notre tache au travers de cette chaîne de solidarité, et grâce à vous, atteint le but que nous nous étions fixés, au nom de Groslay Solidarité, je vous remercie de tout cœur. Permettez chère Martine et chère Alexandra, qu’au nom de Monsieur Nez Rouge, de l’association Groslay Solidarité que je suis fier de représenter et de tous les Groslaysiens qui y ont contribué, que je vous remette ce chèque de 5200 €, don qui nous le savons, sera très bien et utilement employé, par la Fédération des Maladies Orphelines.

Aucun commentaire:

AUTRES BLOGS MNR

AUTRES BLOGS MNR
Monsieur Nez Rouge. Revue de presse

Entr'Ombres et Lumières